Ressources / relations-travail

La civilité au travail, un gage de réussite à long terme

On parle souvent de civilité et de politesse en société. Mais qu’en est-il au travail? Comme être civil ne va pas forcément de soi, nous vous présentons les enjeux de la civilité en milieu de travail pour que tous les intervenants en sortent gagnants!
4 mai 2022
Emilie Couture, CRHA

La civilité est définie comme une observation des convenances, des bonnes manières en usage d’un groupe social[1]. En le transposant dans le milieu du travail, il s’agit de normes de valeurs et de règles de vie qui assure un milieu de travail sain dans lequel l’individu évoluera.

D’un milieu de travail civil découlent plusieurs avantages, notamment :

  • Il favorise un climat de travail agréable;
  • Le climat de travail agréable favorise la bonne santé mentale;
  • Les employés en bonne santé mentale ont une performance plus positive;
  • Une performance positive a des effets profitables sur les clients internes ou externes, les collègues et les partenaires.

Quelques exemples :

Marques de civilités

  • Remercier, s’excuser et demander s’il vous plaît
  • Saluer le matin
  • Se présenter à l’heure à une réunion
  • Fermer son cellulaire ou ne pas l’utiliser lors de rencontres
  • Remettre les choses à l’endroit où on les a prises
  • Retourner les appels ou les courriels dans un délai raisonnable

Marques d’incivilités

  • Commérages
  • Critiques non constructives
  • Ignorer les gens
  • Mauvaise attitude en général
  • Couper la parole
  • Faire des blagues inappropriées

Les effets de l’incivilité sur votre organisation

L’effort de civilité est nécessaire, car elle constitue la base des relations interpersonnelles en milieu de travail.

Les petits gestes anodins empreints d’incivilité démontrés par des marques d’impolitesse et d’irrespect envers les autres et l’organisation peuvent engendrer des frustrations grandissantes pour les employés. Pris séparément, ces gestes ne sont pas considérés comme graves. Toutefois, lorsqu’ils sont additionnés et non gérés, ils peuvent rapidement engendrer de la détresse, de la souffrance ainsi que de la frustration chez les employés et potentiellement mener à du harcèlement psychologique.

Un climat incivil au travail est la résultante d’un amalgame de comportements que les employés vont adopter notamment :

  • En ignorant les comportements incivils pour éviter les conflits avec l’agresseur et en devenir eux-mêmes la victime;
  • Par la curiosité vis-à-vis des commérages qui assouvissent l’ennui ou le besoin de divertissement malsain au travail;
  • À cause de l’envie et de la jalousie que certaines personnes peuvent ressentir envers leurs collègues;
  • Par le besoin de démontrer sa supériorité en rabaissant les autres;
  • En souhaitant faire partie d’un groupe, même s’il n’agit pas civilement au détriment des autres.

Au fil du temps, l’incivilité engendrera des comportements qui affecteront la collaboration, l’unité et l’engagement entre les collègues, les supérieurs et les départements d’une organisation. Cela pourrait avoir comme conséquence d’enclencher un processus de désengagement global qui détériora le climat de travail par des comportements ou des conséquences tels que :

  • L’augmentation des incidents et/ou accidents au travail;
  • Une baisse du rendement et de la productivité;
  • Une hausse du taux d’absentéisme;
  • Une hausse du roulement de personnel;
  • Une détérioration des relations du travail;
  • Le climat de méfiance et de perte de confiance entre les collègues et/ou les gestionnaires.

Les conséquences de l’incivilité sur les employés

Il ne faut pas minimiser les conséquences que peut avoir l’incivilité sur les individus, tant sur leur vie professionnelle que personnelle. Ces enjeux affecteront directement leur santé psychologique et physique. Un climat de travail malsain entraînera des conséquences graduellement chez l’employé, car il s’habituera au fil du temps à ce climat. Toutefois, une fois accoutumé, il sera de plus en plus difficile de réparer ces blessures que l’incivilité aura laissées.

Quelques exemples :

Conséquences psychologiques

  • Épuisement professionnel
  • Stress/anxiété
  • Baisse de l’estime de soi

Conséquences physiques

  • Perte d’appétit
  • Insomnie
  • Troubles digestifs
  • Maux de tête

Comment s’y prendre?

  1. Dotez-vous d’un code de conduite et de civilité

    Un code de conduite qui définit les bonnes pratiques au sein de votre organisation permettra de définir les règles communes, mais surtout de les clarifier. Il contribuera à la prévention de problématiques d’incivilités pouvant mener au harcèlement psychologique ou à des écarts de conduite graves. Cet outil servira également à proposer des méthodes de communication simples et efficaces.

    À travers la démarche de création d’un code de civilité, l’organisation peut procéder, au préalable, à un diagnostic de climat de travail pour bien définir les bases nécessaires à la réussite du projet.

    La création d’un comité de travail pour l’élaboration du code de conduite peut également s’avérer une activité de consolidation d’équipe efficace et susciter l’engagement des employés dans les nouvelles normes du vivre ensemble au sein de l’organisation.

    Une fois fait, le code de civilité doit être communiqué aux employés. Vous pouvez notamment :

    • Former vos employés en matière de civilité;
    • Offrir du coaching personnalisé;
    • Faire des rappels ponctuels lors de réunions d’équipe;
    • Disposer des affiches dans votre organisation en guise de rappel des conduites civiles.

    Même si la civilité est d’abord et avant tout une responsabilité individuelle, il faut se rappeler que c’est aussi une responsabilité collective. C’est un ensemble d’individus qui agissent individuellement de manière civile, les uns envers les autres, qui permet d’évoluer dans un milieu de travail agréable.

    Les comportements, les agissements et le savoir-être attendus seront au cœur du code de conduite, mais la manière dont l’organisation s’occupe de ces enjeux sera également un enjeu de taille dans la réussite du code de conduite et de civilité.

  2. Intervenez lors d’observation de marque d’incivilité

    Il faut beaucoup moins de temps à détruire le climat de travail qu’à le rebâtir. Les gestionnaires doivent s’assurer que leurs équipes et leurs milieux de travail sont civils. Ils ont l’obligation de gérer les incivilités rapidement[2] pour éviter qu’une situation se dégrade.

    Vous pouvez notamment :

    • Rencontrer l’employé pour faire un rappel des attentes de l’organisation;
    • Faire une rencontre de précisions des attentes (plan de redressement) en assurant des suivis réguliers;
    • Appliquer des mesures disciplinaires en respectant le processus de gradation des sanctions.

    Ces interventions ponctuelles ou planifiées démontreront clairement que les comportements incivils ne sont pas tolérés dans votre organisation.

  3. Montrez l’exemple, soyez civil!

    Les gestionnaires doivent prêcher par l’exemple. Évidemment dans chaque organisation, tout le monde est très occupé. Il est cependant important de se rappeler que saluer les membres de son équipe le matin prend très peu de temps et peut changer le cours d’une journée pour un employé.

    Plusieurs comportements peuvent être mis de l’avant pour favoriser des actions civiles qui auront un impact positif sur vos équipes. Vous pouvez notamment :

    • Remercier et féliciter plus régulièrement;
    • Être inclusif;
    • Être ponctuel aux réunions;
    • Respecter le délai des rencontres qui sont prévues;
    • Demander à vos employés s’ils ont besoin de soutien;
    • Frapper à une porte avant d’entrer.

     

    Un grand philosophe a décrit la civilité comme l’ensemble des petits sacrifices que nous devons tous faire pour être en mesure de vivre ensemble[3]. La civilité pourrait être également un ensemble de gestes respectueux, agréables et complaisants qui favorise un climat de travail favorable pour tout le monde.

En conclusion

Plus que jamais la civilité au travail est primordiale. La population mondiale a été plongée dans une situation hors du commun qui a affecté les rapports sociaux. La civilité est une responsabilité individuelle qui ne peut se traduire que par une coresponsabilité en milieu de travail, car c’est effectivement l’affaire de tous!

Rappelez-vous qu’un employé en santé psychologique qui évolue dans un climat de travail agréable vous le rendra.


Emilie Couture, CRHA

Source : VigieRT, mai 2022

Références

Tribunal d’arbitrage, ARBITRE : DENIS PROVENÇAL, 2015, avocat TCA – QUÉBEC, SECTION LOCALE 1849 (F.T.Q.) – vs THALES OPTRONIQUE CANADA
 Tribunal d'arbitrage [PDF]

LACOSTE, Bernard, DEMERS, Gilles, 2012, La civilité : Un moyen de prévenir les plaintes pour harcèlement. La civilité : un moyen de prévenir les plaintes pour harcèlement

1 Le Petit Larousse.
2 Art. 46, Charte des droits et liberté de la personne| Art. 9, LSST | Art. 2087 Code civil du Québec.
3 CARTER, Stephen, 1998, Civility Manners, Morals and the The Etiquette of Democracy.