ressources / revue-rh / volume-26-no-2

Francine Roy : Portrait d’une leader inspirante

Francine Roy, CRHA, a consacré sa carrière à la formation et au développement des compétences de la relève. Il était donc tout naturel pour elle de faire un don testamentaire substantiel pour financer la construction de la bibliothèque du nouveau pavillon de HEC Montréal.
26 mai 2023
Marie-France Bujold

Elle souhaitait ainsi poser un geste concret et durable pour les gestionnaires de demain. Un exemple de modèle et de leadership « Agissant » et durable auquel plusieurs gestionnaires et professionnels, notamment CRHA aimeraient s’identifier pour réussir dans leur vie personnelle et professionnelle?

Diplômée de HEC Montréal en 1972, Francine Roy fait partie des pionnières, car à l’époque, le corps étudiant ne comptait que 10 % de femmes. Durant sa troisième année de baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.), elle choisit de se spécialiser en gestion des ressources humaines. Bien qu’elle évolue alors dans un monde majoritairement masculin, elle décide de poursuivre sa formation aux cycles supérieurs.

Grâce aux encouragements et à l’appui de ses professeurs Delmas Lévesque et Jeannine David McNeil, alors la seule femme à enseigner à HEC Montréal, elle poursuit ses études à l’étranger et décroche une maîtrise en administration publique à la Maxwell School of Citizenship and Public Affairs de la Syracuse University, dans l’État de New York. De retour au Québec, diplôme en main, Francine Roy va œuvrer dans le domaine des ressources humaines et ouvrira la voie à celles qui suivront.

Une carrière vouée à la formation

Francine Roy a occupé plusieurs postes stratégiques au cours de sa carrière, qui s’est échelonnée sur 40 ans. D’abord adjointe au recteur à l’Université Laval, elle a piloté le projet Laval au féminin, qui visait à la fois à donner plus de place aux femmes au sein de l’établissement universitaire et à le transformer en milieu de vie.

Elle a ensuite été vice-présidente à l’Office des ressources humaines pour le gouvernement du Québec. Son mandat l’a amenée à former la relève en gestion, mandat analogue à celui qu’elle a accompli par la suite pour la Sûreté du Québec.

Depuis plus de 20 ans, Francine Roy se consacre à la consultation. « J’œuvre principalement en développement organisationnel, en gestion du changement et en consolidation d’équipes, tant pour le secteur public que privé. » En tant que membre CRHA, elle est également très active au sein de la profession, collaborant à plusieurs activités. Depuis quelques années, elle siège d’ailleurs au comité des équivalences de l’Ordre des CRHA.

Œuvrer pour la relève

Lorsque la fondation de HEC Montréal a fait appel à ses diplômés et diplômées dans une campagne de financement destinée à la construction du nouvel édifice du centre-ville, Francine Roy s’est sentie interpellée. Elle a décidé de faire un don testamentaire important à son alma mater.

« En discutant avec les membres de la fondation, nous avons convenu que mon don servirait à la construction de la future bibliothèque. Il y avait un lien évident entre ma carrière, que j’ai consacrée en grande partie à la formation de la relève et au développement des compétences, et la bibliothèque, qui sera avant tout un lieu d’apprentissage et de développement. »

Un acte philanthropique responsable

Ce don d’envergure aura évidemment des retombées positives à long terme sur l’ensemble du milieu des ressources humaines. Le nouveau pavillon du centre-ville, l’édifice Hélène-Desmarais, servira essentiellement à la formation des gestionnaires et aux différents cursus de l’École des dirigeants. Il sera également destiné au nouveau programme pour la formation des leaders autochtones.

« La bibliothèque sera un centre d’apprentissage pour celles et ceux inscrits aux divers programmes de formation et de développement. Elle sera également pourvue de plusieurs salles où les gens pourront se rassembler pour travailler en équipe. »

Par ce don, Francine Roy poursuit ainsi indirectement le mandat qu’elle s’est donné durant sa carrière : permettre aux jeunes gestionnaires de mieux développer leurs compétences. Sa démarche s’inscrit également dans un désir de pérenniser l’accès des étudiants et étudiantes en ressources humaines à une éducation de qualité.

Bien plus qu’une bibliothèque

Lors de son parcours à HEC Montréal, que ce soit dans le pavillon sur l’avenue Viger ou celui sur l’avenue Decelles, les deux édifices où elle a fait ses études, ou plus tard dans le bâtiment du chemin de la Côte-Sainte-Catherine, la bibliothèque a toujours représenté un lieu de rassemblement. « Je souhaite que la nouvelle bibliothèque poursuive cette tradition », explique-t-elle.

Elle désire que ce soit un lieu non seulement pour apprendre, mais aussi pour réfléchir. « Le temps pour réfléchir est une denrée rare de nos jours, et j’aimerais que la bibliothèque permette à la fois aux étudiants et aux gens de la communauté de pouvoir mieux penser la société et d’élargir leurs horizons. »

Et comme le nouvel édifice, en cours de construction, se trouve au centre-ville, Francine Roy espère qu’il permettra un rapprochement avec la communauté des affaires et qu’il contribuera à la revalorisation postpandémique du centre-ville.

Savoir affronter les enjeux de société

Les gestionnaires de demain, qu’elle a toujours eu à cœur de former, doivent avoir les bons outils pour faire face aux nouveaux défis qui se présentent dans la société, estime-t-elle. Il est essentiel de développer davantage certaines compétences et valeurs, selon elle. « Je pense que l’écoute ainsi que le sens de l’équité seront de plus en plus importants. On entend aussi souvent les gens se plaindre du manque d’influence des ressources humaines. Il est primordial de travailler pour être plus influent afin de changer cette perception. »

De l’avis de Francine Roy, la curiosité et la volonté continuelle d’apprendre sont aussi indispensables, tout comme la capacité d’analyse. « Les gestionnaires doivent acquérir une vue d’ensemble d’une situation et avoir le réflexe de parfois prendre un pas de recul. »

Par son geste philanthropique, Francine Roy souhaite ainsi contribuer à construire un lieu inspirant qui, à la fois, permettra aux leaders de demain de développer leur plein potentiel et influencera l’avenir de la société québécoise de façon durable, responsable et positive.


Marie-France Bujold 37e avenue

Source : Revue RH, volume 26, numéro 2  ─ AVRIL MAI JUIN 2023

Lors de l’entrevue, Francine Roy a insisté pour que le montant du don ne soit pas divulgué dans l’article, d’où les périphrases « don substantiel », etc.