Ressources / developpement-competences-releve

Quels sont les avantages de l’approche coaching?

Ils sont nombreux, car n’utiliser que le conseil quand on est responsable des RH peut être un vilain piège.
19 octobre 2021
Roxanne Coulombe, CRHA

À bout de souffle?

Figure approche coaching

Grâce au rôle conseil, on se positionne comme expert et on peut devenir indispensable.

Sans l’approche coaching, les gestionnaires devront référer à vous en continu et par le fait même, ils ne pourront pas développer leur autonomie et se responsabiliser. Leur engagement sera fragile.

Un gestionnaire peu autonome et peu responsabilisé aura un impact négatif sur son équipe. L’engagement de ses membres diminuera aussi leur travail sera moins efficace. Avec la perte d’engagement, les départs peuvent être nombreux.

Ce mode de fonctionnement aura pour effet de créer une culture organisationnelle résistante au changement et au développement des compétences, car l’apprentissage n’est pas valorisé ni expérimenté.

En fin de compte, la performance générale sera faible ce qui pourrait avoir un impact négatif sur la rentabilité de l’entreprise.

L’approche coaching

En contrepartie, l’approche coaching stimulera l’autonomie et la responsabilisation des gestionnaires et des collaborateurs. De plus, l’approche coaching pourra appuyer la réflexion stratégique et la gestion de l’incertitude.

On peut utiliser l’approche coaching pour accompagner les gestionnaires et les collègues dans leur réflexion et dans l’acquisition de compétences, au quotidien. Plutôt que de répondre rapidement à toutes leurs questions, des questions sans jugement visant la réflexion viendront soutenir les gestionnaires et les collègues dans leur développement.

Comment faire pour commencer à utiliser l’approche coaching?

La première étape consiste à travailler sur soi.

  1. Écouter plus, parler moins.
  2. Être empathique, bienveillant, sans jugement comme si c’est la première fois que vous entendez parler de la situation.
  3. Être complètement présent (ne pas se laisser distraire ou interrompre par un courriel, un texto ou un appel).
  4. Observer ses comportements dans différentes situations où l’on nous demande conseil peut certainement aider à reconnaître nos déclencheurs.

    Se positionner comme expert indispensable dans toutes les circonstances peut paraître intéressant et il est difficile de se détacher de cette habitude (et de ce statut).

    Quelles sont les situations où l’approche coaching aurait probablement porté fruit? Qu’est-ce qui nous a incité à conseiller plutôt que de poser une question sans jugement?

  5. La création d’une relation de confiance avec le gestionnaire est un incontournable. On peut avoir la meilleure des intentions, mais si le gestionnaire n’a pas l’assurance que vous souhaitez pour réellement l’aider, il ne sera pas intéressé à poursuivre la conversation. Votre approche et la qualité de vos questions sans jugement seront essentielles pour maintenir l’engagement de la personne dans la conversation. Il faut faire la différence entre notre intention et notre impact.

Pour des exemples concrets et afin de poursuivre la réflexion :

  • 10 minutes pour coacher ses collaborateurs, L’art de poser les bonnes questions pour être réellement efficace.  Michael Bungay Stanier
  • Conversational Intelligence, How Great Leaders Build Trust and Get Extraordinary Results, Judith Glaser

Author
Roxanne Coulombe, CRHA Présidente Élancia

Roxanne Coulombe, CRHA est présidente d’Élancia, un cabinet-conseil pour soutenir les chefs d’entreprise et les équipes de gestion à bâtir des équipes performantes et engagées dans des contextes de changement et de croissance.

Coach exécutif, elle est certifiée par l’International Coach Federation. On peut la joindre par téléphone au 514-249-0447 ou par courriel roxanne.coulombe@elancia.ca.

Lire plus