Nouvelles

Révision à la hausse pour les prévisions salariales 2022

Plutôt qu’une moyenne de 2,9 % d’augmentation initialement prévue il y a quelques mois, c’est maintenant une moyenne entre 3,3 % et 3,5 % (excluant les gels) qui est prévue pour le Québec.
7 mars 2022

Le contexte actuel, marqué par une forte inflation ainsi que la difficulté à attirer et retenir les talents pousse les employeurs du Québec à revoir à la hausse leurs prévisions d’augmentation salariale. L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés dévoile une mise à jour de son enquête sur les prévisions salariales en 2022 en collaboration avec quatre importantes firmes-conseil (Normandin Beaudry, PCI rémunération-conseil, Solutions Mieux-être LifeWorks et Willis Towers Watson).

Une moyenne prévue entre 3,3 % et 3,5 %

Publiées en septembre dernier, les prévisions indiquaient déjà une hausse par rapport à celles observées depuis près de 10 ans. Les travailleurs du Québec seront heureux de constater que ces prévisions ont été revues à la hausse. Plutôt qu’une moyenne de 2,9 % d’augmentation initialement prévue, c’est maintenant une moyenne entre 3,3 % et 3,5 % (excluant les gels) qui est prévue pour le Québec, ce qui est légèrement plus élevé que la moyenne canadienne qui se situe entre 3,1 % et 3,4 %. Quant aux structures salariales, les prévisions passent de 2,3 % à une moyenne entre 2,5 % et 2,9 % (excluant les gels) pour le Québec et entre 2,4 % et 2,7 % au Canada.

Les quelques organisations qui avaient initialement prévu un gel des salaires ou des structures ont aussi révisé leurs prévisions.

Pour se distinguer

Puisqu’il n’est pas possible de retenir l’ensemble de leurs joueurs, les organisations miseront sur leurs talents clés. « C’est ainsi que pour conserver les personnes ayant un rôle critique pour l’organisation, celles dont le risque de départs est plus élevé, qui sont les plus performantes ou ayant un fort potentiel, les employeurs voudront probablement leur accorder une attention particulière. Il en va de même pour les employés qui se trouvent actuellement au bas de leur échelle salariale. Et ceci, tout en préservant l’équité interne » explique Manon Poirier, CRHA, directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Par ailleurs, en plus des augmentations salariales, l’année 2022 devrait être marquée par des investissements soutenus touchant l’ensemble des conditions de travail, et ce, dans une perspective d’attraction et de rétention des talents. Mentionnons notamment le déploiement d’un modèle de travail hybride flexible et des initiatives en matière de santé mentale et de mieux-être.

« Le marché s’arrache les talents et les offres sont de plus en plus généreuses. Les employeurs n’ont pas d’autre choix que d’innover dans leurs pratiques de rémunération globale et surtout plus largement, celles de la gestion des ressources humaines. Ainsi, elles gagneront à être accompagnées par des professionnels qui sauront les aider à naviguer dans ce contexte exigeant. » conclut Mme Poirier.

Source : Communiqué, Ordre des conseillers en ressources humaines agréés