Ressources / revue-rh / archives

À l’ère du changement

La gestion des ressources humaines doit s’adapter pour permettre aux entreprises d’affronter les défis engendrés par l’évolution de la démographie et les transformations de la nouvelle économie planétaire.
13 octobre 2010
Martine Drolet, CRHA

Recherche de main-d’œuvre compétente, concurrence mondiale, nouvelles générations de travailleurs, technologies d’Internet, et j’en passe, les enjeux sont à la mesure de cette quasi révolution dans le monde du travail. Les entreprises sont de plus en plus conscientes de l’importance de leur main-d’œuvre dans leur capacité de surmonter les obstacles ou de survivre tout simplement.

C’est pourquoi cette décennie sera marquante pour la gestion des ressources humaines; notre rôle stratégique au sein des organisations prend maintenant tout son sens. En l’exerçant avec discernement, nous les aiderons à relever les défis auxquelles elles font face.

Des enjeux d’importance
La planification de la main-d’œuvre, en raison notamment des changements démographiques, devient cruciale. Sur un marché fortement concurrentiel, les entreprises doivent attirer des candidats de talent et fidéliser leurs employés, ce qui n’est pas une mince tâche quand les travailleurs ont l’avantage.

Ainsi, nous devons tenir compte, de toute urgence, du vieillissement de notre main-d’œuvre. Il ne suffit plus de dire qu’il « faudrait » maintenir en emploi les 55-65 ans. Il faut passer à l’action! Pour beaucoup d’entreprises, particulièrement pour les organismes publics, c’est d’un véritable virage qu’il s’agit. Plutôt que de « pousser à la retraite » les travailleurs âgés et de perdre une expertise précieuse, il faut maintenant trouver des moyens ingénieux pour les conserver : assouplissement de l’organisation du travail, flexibilité des horaires, retraite progressive, formation et avantages fiscaux entre autres. L’espérance de vie étant en constante augmentation, cette portion de la population active sera peut-être naturellement incitée à reporter la retraite, à condition souvent de pouvoir ralentir le rythme. À nous de convaincre ces travailleurs des avantages à le faire!

Les nouvelles générations demandent elles aussi à être séduites, avec des stratégies adaptées à leur réalité. Curieux, individualistes et sceptiques, les membres de la génération Y, les enfants des baby-boomers, savent ce qu’ils valent et ne placent pas le travail au premier plan. Entre les deux se trouve la génération X, qui a connu l’insécurité et la précarité à son arrivée sur le marché du travail et qui possède ses caractéristiques propres. Sans compter l’arrivée imminente de la génération Z…

N’oublions pas qu’il faudra souvent disposer d’une main-d’œuvre mobile à l’échelle internationale, pour soutenir les activités mondiales des entreprises. Embauches et mutations à l’étranger sont donc à prévoir.

Dans ce contexte multigénérationnel – et multiculturel –, la gestion des employés talentueux sera aussi un défi de taille. Comment attirer, conserver et mobiliser ces individus aux compétences critiques pour l’organisation et qui se feront de plus en plus rares sur le marché mondial? Souvent, pour y arriver, nous devrons concevoir des stratégies de recrutement, de rémunération, de reconnaissance, d’organisation du travail et de développement professionnel sur mesure.

Mais paradoxalement, alors qu’on ne cesse de parler de mieux-être, les conditions de vie au travail ne s’améliorent pas et se détériorent même dans beaucoup d’entreprises. Rythme accéléré des changements technologiques, cadences trop rapides, charges excessives, postures inconfortables causent un stress constant et génèrent des problèmes de santé au travail, particulièrement chez les travailleurs qui avancent en âge. Voilà un autre enjeu dont nous devrons tenir compte.

En filigrane, le changement…
Nous vivons dans un monde en profonde mutation. Que ce soit la préservation de l’environnement, une fusion ou une acquisition ou une modernisation des procédés, le changement est devenu un processus quasi continu qui pose de considérables défis aux organisations, en raison particulièrement de la résistance des employés.

C’est ici que nous intervenons, à titre de gestionnaire des ressources humaines. Nous devrons aider l’organisation à bien gérer ses projets d’amélioration, suscitant ainsi la collaboration active de tous les acteurs et facilitant l’enracinement du changement dans la culture de l’entreprise.

En résumé, je pense qu’au cours de la prochaine décennie, nous aurons à exercer un rôle mobilisateur auprès des travailleurs de nos entreprises. En adaptant nos pratiques de gestion à une main-d’œuvre diversifiée, dans un contexte de changement constant, nous ferons en sorte que les employés se sentent appréciés à leur juste valeur et qu’ils le rendent à l’organisation par un engagement productif.

Martine Drolet, CRHA, présidente du conseil d’administration

Source : Effectif, volume 13, numéro 4, septembre/octobre 2010.


Martine Drolet, CRHA Consultante Martine Drolet Consultante en GRH, RH à la carte