ressources / revue-rh / volume-24-no-4

Daniel H. Lanteigne, CRHA : La valeur n'attend pas le nombre des années

Daniel H. Lanteigne est membre de l’Ordre des conseillers en ressources humaines depuis 2016. Dans le jargon de l’Ordre, c’est un jeune professionnel. Il est consultant principal et directeur du développement des affaires chez BNP Performance philanthropique, à Montréal. Cette organisation aide les organismes, principalement des OBNL, en développant des stratégies philanthropiques.
24 septembre 2021
Bruno Dupuis

Daniel H. Lanteigne est devenu membre de l’Ordre en écrivant l’examen d’équivalence. Lors de son passage à l’université, les cours qui lui plaisaient le plus étaient ceux en RH et la gestion des ressources humaines a fait partie de toutes ses fonctions jusqu’à maintenant. Devenir membre de l’Ordre était comme naturel dans son cheminement.

Le parcours de Daniel H. Lanteigne a débuté à l’âge de quatre ans alors qu’il a perdu une partie de son pied lors d’un accident. Il a rapidement été projeté dans la sphère publique pour faire de la prévention. Articles de journaux, conférences dans les écoles et les camps de jour, il partageait son expérience pour faire de la prévention auprès des jeunes pour les inciter à la prudence. C’est donc aux Amputés de guerre qu’il a obtenu son premier emploi. Cette participation a teinté son parcours tant bénévole que professionnel. Et plus tard son intérêt pour la philanthropie. Car, comme il le précise, dès son jeune âge, il faisait en quelque sorte la promotion d’une cause.

Après s’être intéressé à différents domaines, il a fait ses études universitaires ayant en poche des spécialisations en communication organisationnelle et en ressources humaines. Reconnaissant lui-même qu’il n’a pas un profil « très banc d’école », il est cependant chargé de cours à l’Université de Montréal.

« Je suis un persévérant scolaire, car je ne suis jamais allé à l’école par plaisir. Ç’a été surtout un moyen d’atterrir et d’obtenir quelque chose »

Son passage à la Banque Nationale lui a permis de faire ses classes. Du service à la clientèle, il a travaillé au service des dons et commandites et à la gestion de la participation communautaire des employés. Cette expérience dans plusieurs secteurs d’une organisation a été très formatrice pour lui. Par la suite, il a œuvré auprès d’OBNL où il considère qu’il y a un fossé important avec le secteur privé. De son avis, la professionnalisation du secteur se concrétise, mais il reste encore du chemin à faire. Il y contribue d’ailleurs avec le cours qu’il anime à l’université sur la gestion des employés et des bénévoles, mais également avec son rôle de consultant en philanthropie. M. Lanteigne mentionne « Ce secteur s’est construit sur des valeurs sociales et très nobles, mais ce n’est pas suffisant. C’est un secteur qui a besoin de plus d’expertise en finance et en ressources humaines ». Le poids économique des OBNL est important. On y compte des milliers d’emplois et de bénévoles. « Comme CRHA, on peut aider les organismes philanthropiques à se mettre à jour. Tout comme un autre secteur de l’économie, on doit gérer les employés, on doit implanter les règles du jeu RH et maintenant je peux faire ça dans mon quotidien comme consultant. »

Il a découvert un appétit pour la gouvernance des organisations. Il vise donc à porter la perspective globale et stratégique RH au sein des conseils d’administration des organisations tant privées que publiques que pour les OBNL. Il souligne que de plus en plus, il entend l’appel des conseils d’administration pour avoir des professionnels RH en leur sein.

Un parcours méritant

Le chemin parcouru par Daniel H. Lanteigne jusqu’à maintenant est impressionnant. Il se dit d’ailleurs fier de son parcours varié et toute l’expérience que cette diversité lui a procuré. Son apport à la société lui a valu plusieurs reconnaissances et distinctions. Il a reçu en 2021 la Médaille de l'Assemblée nationale. Cette distinction lui a été remise en guise de reconnaissance de son engagement remarquable au sein de la société québécoise. Lors de la remise à l’Assemblée nationale, on a souligné l’investissement social de M. Lanteigne pour le bien-être des autres, et ce, depuis son enfance. Il a été notamment un jeune ambassadeur pour l’Association des Amputés de guerre. Il s’est également démarqué à titre de directeur général de la Fondation RÉA et de gouverneur pour la Fondation Émergence, laquelle lutte contre l’homophobie et la transphobie. En 2020, il recevait le prix Reconnaissance RH dans la catégorie Gouvernance de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Ce prix a pour lui une signification particulière du fait qu’il est remis par les pairs.

Pour M. Lanteigne, la pandémie a accéléré la transformation numérique et des ressources humaines dans le secteur des OBNL et pour les organismes de bienfaisance. Dans plusieurs cas, ces organisations n’ont pas eu le choix et ont dû acquérir de l’équipement informatique et passer en mode infonuagique. Le télétravail et la conciliation vie-personnelle, ce n’était pas du tout au programme des OBNL. C’est commencé maintenant. N’ayant pas les budgets du secteur privé, ces transformations ont demandé des efforts et ont quand même été réalisées à vitesse grand V. Il souhaite que les transformations se poursuivent dans ce secteur, notamment en matière de rémunération.

Daniel H. Lanteigne n’a jamais eu de plan de carrière. Cependant, il est fier d’avoir complété son parcours d’administrateur de société certifié. À cet égard, la gouvernance des sociétés est un domaine qui l’intéresse intensément. Il souhaite donc à l’avenir, en plus d’être consultant pour des organisations philanthropiques et chargé de cours, jouer un rôle encore plus actif en siégeant à des conseils d’administration.


Author
Bruno Dupuis Éditeur adjoint, Revue Rh Ordre des Conseillers en ressources humaines agréés