Nouvelles

P.L. 59 : réforme de la LSST - Mission accomplie après 186 heures en commission

Il a fallu 37 séances, 186 heures, dont 122 heures, en débat pour réaliser l'étude détaillée du projet de loi 59.
23 septembre 2021

Après presque sept mois d’un travail ardu, la Commission de l’économie et du travail a finalement terminé l’étude détaillée du projet de loi 59 modernisant le régime de santé et de sécurité du travail.

Il a fallu 37 séances, 186 heures, dont 122 heures, en débat pour en venir à bout. C’est, selon la présidente de la commission, Claire Isabelle, l’étude détaillée la plus longue de la présente législature.

Dans ses remarques finales, le ministre du Travail, Jean Boulet, a salué avec beaucoup de chaleur et d’affection ses collaborateurs et les députés de l’opposition pour leur participation en les appelant chacun par son prénom, entorse au règlement qui a été non seulement tolérée, mais applaudie.

Il a ajouté qu’on verra les effets de la réforme dans son application et il a invité les législateurs de l’avenir de ne pas attendre encore 40 ans avant d’y aller d’une prochaine réforme.

Le député Sylvain Gaudreault du Parti québécois a loué la patience du ministre et le travail de la commission.

Il trouve dommage de constater qu’après tant d’heures de travail, l’on voit d’un côté le patronat et de l’autre les syndicats qui réclament le rejet du projet de loi.

Comme point d’insatisfaction, l’élu de Jonquière pense à l’absence d’analyse différenciée selon les sexes et l’absence de la dimension climatique dans la préparation des programmes de prévention. Il constate, par exemple, que pendant ce temps les travailleurs sont de plus en plus nombreux à être victimes de coups de chaleur.

L’avenir nous dira, dit-il, si c’est une occasion ratée ou une réforme réelle du régime de santé et de sécurité du travail.

Les élus Alexandre Leduc de Québec solidaire et Carlos Leitao du Parti libéral ont réservé leurs commentaires pour les étapes finales de l’adoption qui auront lieu au Salon bleu. Le député libéral a simplement souligné que le P.L. 96 pourra coûter plus cher à appliquer.

Les députés y sont allés de plusieurs remerciements principalement au ministre. Le travail du député Monsef Derraji, présentement en convalescence, a aussi été souligné.

Publié avec l'autorisation de Le courrier parlementaire.